Immobilier pro

Les nouvelles technologies et le marché de l’immobilier

On ne peut pas arrêter le progrès, mais on peut le contrôler. L’économie collaborative est en train de changer le monde et il serait bête de croire que les acteurs traditionnels ne s’en sont pas aperçus.

Si les secteurs traditionnels de l’économie peinent parfois à intégrer l’utilisation des nouvelles technologies dans leur activité, le marché de l’immobilier a su démontrer au cours de ces cinq dernières années qu’il était capable de profiter pleinement de ces nouveaux outils. Lorsque chez Bureaux A Partager nous utilisons la magie d’Internet pour que chacun puisse offrir son espace vacant, beaucoup d’autres plateformes ont vu le jour dans le but de mettre en avant leurs offres sur le marché. Si l’économie collaborative vient disrupter le marché traditionnel, les acteurs auraient tort de tenter de la combattre lorsqu’il s’agit d’une grosse opportunité.

Un besoin de s’adapter aux nouvelles technologies

Jerre Riggs, le cofondateur de Firstbase, start-up spécialisée dans le courtage immobilier pour les start-ups, sait bien que le secteur de l’immobilier n’est pas toujours à la pointe de la technologie. Dans une interview donnée chez GlobeSt, ce dernier explique que les nouvelles plateformes de location flexible de bureaux permettent aux entreprises de trouver et louer des espaces à bas coût quand les pratiques traditionnelles auraient conduit les intéressés vers des espaces de coworking, des colocations d’entreprises ou de la sous-location.

Or, les espaces de coworking, aussi beaux et stimulants soient-ils, ne conviennent pas à tout le monde, quand la colocation d’entreprises n’offre pas toujours l’environnement décontracté que recherchent souvent les startups. Enfin, la sous-location, en plus d’être dure à trouver, demande une tonne de paperasse administrative.

Ainsi, pour plusieurs freelances ou startups, l’alternative au télétravail n’était pas très reluisante, en dépit de nombreux espaces de travail vacants. Désormais, grâce aux nouvelles technologies, tous ces espaces peuvent facilement être référencés et accessibles par tous.

> Notre article sur le travail nomade

Les employés de Firstbase ont bien compris la mentalité des startups pour lesquelles ils travaillent et ils sont conscients qu’il va leur falloir maîtriser rapidement ces nouvelles technologies afin de pallier le retard qu’ils ont pris.

Joseph Derhake, le PDG de Partner Engineering and Science, une entreprise de conseil spécialisée dans le marché de l’immobilier, considère que l’économie collaborative peut rapidement représenter des risques pour l’industrie. Ainsi, si les compagnies les plus vieilles ne sont pas enclines à utiliser les nouvelles technologies, cela  peut représenter un risque important. Il est donc nécessaire pour elles de s’adapter.

Data et nouvelles technologies

Eliot Vermes de chez ResiModel pense quant à lui en termes de data. L’utilisation des nouvelles technologies permet surtout de la récolte et le stockage d’énormément de données. L’analyse du marché sera plus précise et permettra aux acteurs du marché de mieux se positionner.

Traditionnellement, l’immobilier est très peu standardisé avec des coûts, profits et taxes très variables. Avec l’arrivée de plateformes créant des places de marché plus standardisées, les propriétaires louent plus facilement leurs espaces de façon plus flexible et leurs transactions sont stockées de manière digitale.

Le stockage des données et la standardisation facilitera l’analyse quantitative de l’industrie toute entière, incluant les investisseurs potentiels. Un broker qui auparavant n’avait pas vraiment moyen de prédire la valeur d’un lead en sera capable quand un espace de coworking pourra plus facilement évaluer le coût de ses travaux.

Les membres établis du commerce de l’immobilier ne sont pour l’instant pas en compétition directe avec l’économie collaborative. Même les brokers qui pourraient se penser inutiles face à la montée des plateformes collaboratives jouent encore un rôle important. Cependant, l’industrie immobilière ferait mieux de chercher des solutions dès maintenant pour collaborer avec l’économie de partage plutôt que de la combattre. Mettre à profit leurs connaissances sur ce marché sera bénéfique pour tout le monde et les entreprises tech ne seront pas en mesure de le faire toutes seules.

(Traduit de l’anglais de l’article de Share Your Office)

Mathilde Lebatteux

Directrice Commerciale

Si vous avez déjà demandé des conseils à Bureaux A Partager pour la location de votre espace, vous l'avez sûrement eu au téléphone. Mathilde est notre experte en contrats et location d'espace.

Copyright © 2016 Bureaux à partager. Tous droits réservés