Happy (co)working

L’engagement : clé de la réussite des entreprises de demain ?

Gunter Pauli, économiste belge et ancien patron de l’entreprise Ecover, a dit : « Il faut arrêter d’annoncer la fin du monde et qu’on redémarre avec des visions claires qui sont réalisables afin que nous ayons un monde meilleur pour nos enfants. » Gunter Pauli, ce n’est pas un personnage de dessin animé allemand, non, c’est l’un des leaders dans le domaine du développement durable dans les entreprises. Sa montée en popularité montre un réel tournant dans nos sociétés occidentales : l’engagement écologique et social de la part des entreprises est devenue une demande grandissante des salariés. Et même si cela passe par des méthodes comme le coworking, le télétravail ou le flex-office , cela implique aussi bien d’autres aspects.

D’éco-citoyen…

La prise de conscience écologique est là, c’est indéniable. A part si vous vivez au fond d’une grotte, vous avez sûrement entendu parler des manifestations pour le climat qui se tiennent partout en Europe depuis quelques mois, réunissant des dizaines de milliers de citoyens. Il y a comme une envie de changement dans l’air. Face à la non transparence de certaines entreprises, la population a décidé de se mobiliser, à son niveau, pour faire évoluer les choses, dans le bon sens. Une étude Ipsos montre en effet que 31 % des Français se sont déjà renseignés sur l’engagement social et environnemental d’une marque et que 60 % sont intéressés par le faire.

La RSE est devenue un élément décisif dans le processus d’achat mais également dans la recherche d’emploi.

Certes, la conscience écologique est grandissante et elle ne s’arrête plus à la sphère du privé : cela touche également les individus au sein des entreprises et les entreprises elles-mêmes. Il faut savoir que la RSE, Responsabilité Sociétale des Entreprises, est devenue un élément décisif dans le processus d’achat mais également dans la recherche d’emploi.

…à éco-employé

Nous passons environ 35 ans de nos vies à travailler. Le futur du travail est donc naturellement devenu un sujet en vogue. On assiste aujourd’hui au développement de nouvelles méthodes de travail comme le flex-office ou le télétravail, de nouvelles organisations de bureaux avec notamment le boom du coworking et du partage de bureaux ou encore d’initiatives de bien-être au travail avec par exemple des cours de sport au sein des entreprises. Le but ? Un épanouissement personnel, professionnel et surtout de la productivité. Et si le futur du travail, reposait aussi sur plus d’engagement de la part des entreprises ?

D’après l’enquête « Deloitte Millennials Survey » 2018, les générations Y – 25% de la population active tout de même – et Z, attendent des entreprises qu’elles aient un impact positif sur la société et l’environnement, qu’elles soient créatrices d’innovation, qu’elles améliorent la vie des individus et enfin qu’elles soient empreintes d’inclusion et de diversité.

46% des millenials considéraient la responsabilité sociale et environnementale comme un facteur déterminant dans le choix d’un employeur.

Et en 2016, 46% des millenials considéraient la responsabilité sociale et environnementale comme un facteur déterminant dans le choix d’un employeur. D’ailleurs, en 2018, c’était près de 30 000 étudiants français de grandes écoles qui signaient le manifeste pour un réveil écologique, s’engageant ainsi à prendre en compte les enjeux sociaux et environnementaux dans leur vie professionnelle. Pour eux un emploi sans engagement, c’est un peu comme une mousse au chocolat sans chocolat.

Ce ne sont donc pas seulement les marques qui doivent faire preuve de transparence et d’authenticité pour convaincre les consommateurs mais aussi les marques employeurs pour convaincre les employés et ceux à venir.

Des bénéfices considérables

Sans des valeurs d’entreprises fortes, les risques de perte de sens au travail augmentent. Ceci peut conduire au brown-out des employés. Oui, oui, vous avez bien lu brown-out. Après le bore-out et le burn-out, on parle aujourd’hui du phénomène de brown-out pour parler du manque d’engagement professionnel entraînant déprime voire dépression.

L’engagement social et écologique d’une entreprise peut donc être vecteur de bien-être au travail, de motivation et donc in fine de productivité. Certaines entreprises l’ont bien compris et il n’est pas rare de voir des bureaux partagés ou des espaces de coworking réunissant celles qui partagent des valeurs semblables.

Quand on sait que 56% des millenials sont d’avis que les dirigeants ont un vrai devoir de porte-paroles de la responsabilité sociale et environnementale, on se demande si l’engagement ne deviendra pas une condition sine qua non pour que les entreprises perdurent.

Canelle Mengual

Chargée de communication

Cette grande curieuse vous partage ses dernières trouvailles sur le Future of Work. Ses sujets de prédilection : les tendances globales, sociales et écologiques.

Copyright © 2016 Bureaux à partager. Tous droits réservés