Happy (co)working

6 gestes simples pour une entreprise plus green

Ca fait maintenant 6 ans que Bureaux A Partager a lancé son initiative de rangement de bureau. Plus qu’un grand nettoyage de printemps, cette Journée a aussi pour but d’éveiller un peu plus les consciences sur les questions d’éco-responsabilité au bureau. On parle souvent de Future Of Work en se focalisant sur les nouvelles méthodes d’organisation, les nouveaux types de contrat, ou encore les lieux de travail alternatifs. Seulement, le Future of Work c’est aussi être plus green ! Les entreprises de demain ne pourront être rentables et attractives pour les salariés que si elles fonctionnent sur un modèle respectueux de l’environnement.

Phenix, start-up ayant pour mission de lutter contre gaspillage et les déchets, nous a parlé de la transition écologique au sein des entreprises. D’après eux, il est primordial de ne pas culpabiliser les salariés et surtout de les impliquer dans le processus. Eh oui, là encore, l’esprit CO a frappé ! La co-construction est essentielle pour que la transition puisse se faire et avant tout, bien se faire.

Des petits gestes

On se calme sur le papier

Commençons avec des gestes simples, faciles à mettre en œuvre au quotidien. Chaque année, un Français consomme 80 Kg de papier. Une solution ? N’imprimez plus que ce qui est essentiel ! La technologie nous permet de tout (ou presque) digitaliser, servons-en nous pour la bonne cause.

Si, pour maintes raisons, vous êtes obligés d’imprimer des documents, Phenix conseille d’imprimer recto verso et en noir et blanc. Le problème avec l’impression couleur ? Celle-ci consomme plusieurs cartouches d’encre à la fois tandis que celle en noir et blanc se contente d’en utiliser qu’une. Pour vous simplifier la vie et éviter que ça ne vous sorte de la tête, configurez votre imprimante par défaut, elle y pensera pour vous !

On met sa boîte mail au régime

Saviez-vous que la pollution est aussi numérique ? Les mails qui dorment tranquillement dans votre boîte mail sans que jamais vous ne les effaciez sont aussi responsables de la pollution. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), les mails envoyés par une entreprise de 100 personnes représentent 13,6 tonnes de CO2 par an, l’équivalent de 14 vols allers-retours entre Paris et New-York. En beaucoup moins fun..

Si chaque Français supprimait 50 mails, ça reviendrait à éteindre la tour Eiffel pendant 10 ans en termes de consommation d’énergie

Les mails, c’est 2% des émissions de gaz à effet de serre sur toute la planète. Pour quelle raison ? Tous les mails sont stockés sur des serveurs demandeurs en énergie. Alors, si chaque Français supprimait 50 mails, ça reviendrait à éteindre la tour Eiffel pendant 10 ans en termes de consommation d’énergie. Et sinon, pour tout simplement éviter d’être enseveli sous les mails, on peut aussi se désabonner des newsletters qu’on ne lit pas !

La question des déchets

On abandonne ses bons vieux gobelets en plastique

Le plastique est depuis quelques mois au centre du débat et pour cause, d’après Greenpeace, 8 à 12 millions de tonnes de plastique finissent dans les océans… Tous les ans. L’Union Européenne a donc voté, en 2018, l’interdiction des plastiques à usage unique en Europe dès 2021.

Un Français jetterait 2 à 5 Kg de gobelets par année et il faut 500 ans pour qu’un gobelet se « dégrade »

En France, beaucoup d’entreprises continuent de mettre des gobelets en plastique à disposition de leurs salariés. Question de coût et de praticité. Seulement voilà, 1% de ces gobelets sont recyclés et 50% finissent en décharge. Sachant, qu’en moyenne, un Français jetterait 2 à 5 Kg de gobelets par année et qu’il faut 500 ans pour qu’un gobelet se « dégrade » – laissant derrière lui quelques traces de son passage.

La solution green en entreprise : passer aux tasses et/ou aux verres ! Ca peut paraître simple mais la mise en place peut se révéler parfois compliquée : réticence des salariés, difficulté logistique… On peut vite être découragé. Mais ne lâchez rien ! Pour engager tous vos employés, expliquez leur votre démarche et son impact environnemental et surtout pensez à les impliquer dans le processus. Ils n’en seront que plus motivés !

On trie partout, tout le temps

Maintenant qu’on parle déchets, restons sur le sujet. Les poubelles au bureau, c’est parfois un vrai casse-tête chinois. Mais il ne faut pas désespérer, des entreprises vous facilitent la vie !

C’est le cas des Joyeux Recycleurs, par exemple. Ils proposent de vous mettre des box de recyclage à disposition et s’occupent de recycler vos déchets. Pour ne pas ruiner tous ces efforts, vous pouvez aussi supprimer les poubelles de bureau de vos salariés : on y jette souvent tout et n’importe quoi, sans prendre la peine de trier. Un peu dommage, non ?

Vous êtes plus motivés que Rocky sur son ring de box ? Passez à la vitesse supérieure avec le lombricompost. Une grosse partie des déchets sont organiques et ça c’est positif ! Pour réduire vos déchets alimentaires, il suffirait donc d’installer un compost dans vos bureaux. Vous ferez du bien à la planète… et à vos plantes qui adorent le compost.

Des équipements au vert

On mise sur la récup’

Pour beaucoup d’entreprises, devenir plus green, c’est souvent synonyme de dépenser plus. Eh bien, figurez-vous que pas forcément. Etre plus green, c’est aussi être « radin malin ».

Vous emménagez dans de nouveaux bureaux ? Pensez à faire ou à acheter du mobilier fabriqué à partir de produits upcyclés. L’upcycling, c’est l’art de « récupérer des matériaux ou des produits dont on n’a plus l’usage afin de les transformer en matériaux ou produits de qualité ou d’utilité supérieure. » C’est ce que propose par exemple Initiatives Solidaires avec ses meubles à partir de chutes de bois.

Une autre solution, c’est aussi d’investir dans du mobilier de seconde main. Offrir un nouveau souffle à des équipements délaissés, c’est tendance, c’est écolo et ça coûte moins cher…

On fait le choix d’une électricité verte

Sixième et dernier conseil Phenix pour devenir une entreprise plus éco-responsable, c’est de passer à l’énergie verte. Les fournisseurs d’énergie renouvelable, c’est-à-dire issue de l’énergie hydraulique, éolienne, des panneaux photovolcaïques et de la biomasse, sont de plus en plus nombreux sur le marché.

En septembre 2018, Greenpeace révélait qu’en France, trois fournisseurs d’énergie renouvelable étaient « vraiment verts » : Energie d’ici, Enercoop et Ilek. Ces derniers proposent une électricité à plus de 95 % renouvelable et soutiennent les petits producteurs d’électricité renouvelable.

De manière général, être plus green peut représenter un investissement de départ relativement important (achat de tasses, par exemple) pour les entreprises mais il faut aussi voir que ça implique moins de dépenses sur le long terme. De plus, si le souhait est de devenir 100% green, le cœur de la politique sera de tout simplement limiter la consommation et donc, in fine, les dépenses.

Les restrictions environnementales appliquées aux entreprises d’aujourd’hui et de demain sont et seront finalement génératrices d’innovation et donc créatrices de valeur. Le Future Of Work, c’est peut-être aussi simplement un business qui fait du bien à la planète… Pourquoi pas commencer le jour de la Journée Mondiale du Rangement de Bureaux ?

Canelle Mengual

Chargée de communication

Cette grande curieuse vous partage ses dernières trouvailles sur le Future of Work. Ses sujets de prédilection : les tendances globales, sociales et écologiques.

Copyright © 2016 Bureaux à partager. Tous droits réservés